Ah les matins de Paris !

La Villette enchantée, ça a mal commencé, avec un videur agressif qui a demandé à Cuco d’enlever son masque, Cuco a refusé de s’exécuter, heureusement, Naïla Guiguet faisait une pause cigarette après son set, alors telle un elfe, elle lui a fait un signe de la main pour qu’il la rejoigne, et l’a sauvé des griffes de ce videur zélé. L’espace était bondé, le dancefloor pavé avait déjà été bien chauffé par AZF et Naïla, Teki Latex était aux commandes, et bien sûr, pour une shemale de latex comme Cuco, un nom pareil ça ne laisse pas indifférent.

A peine rentrée, un charmant garçon à la casquette est venu l’accueillir et lui faire presque des déclarations d’amour. A chaque sortie son ange, c’est ce que Cuco se dit souvent, et hier soir c’était Gaetan, dont l’enthousiasme n’a pas failli. Et les heureuses retrouvailles qui avaient commencé la veille au Klub à la soirée Bikini où mixait AZF, se sont poursuivies, d’abord avec quelques Barbieturix,  Olivia Van Der Vynckt, Lubna Lubitsch, Hélène Salluste. La rencontre était joyeuse, OVDV a dit à Cuco c’est incroyable, ça me sidère de constater comme les gens ont tous l’impression de te connaître, ça a fait réfléchir Cuco, il s’est dit que oui, ça posait vraiment la question de la connaissance de l’autre, mais peut-être dans le bon sens. Dépouillé de tous les attributs sociaux habituels, Cuco ouvre potentiellement pour lui et les autres une nouvelle possibilité de lien liée au présent et à l’inconnu, et c’est ainsi qu’il a trouvé une place dans le monde de la nuit, comme si elle l’attendait.

Cuco a rejoint le backstage et a revu ce garçon à la tenue monacale qui lui avait souri au 1979, il était ce jour là allongé sur la banquette, tandis que Cuco regardait le film Nos nuits sont plus belles que vos jours. Ils ont fait connaissance, il lui a dit qu’il s’appelait Thomas Campagne et lui a appris qu’il travaillait dans le stylisme, comme ils ont parlé du latex et lui a dit qu’il adorait travailler cette matière, alors Cuco s’est dit qu’un jour il lui commanderait un pantalon sur mesure.

Cuco était heureux de revoir Marie Million qu’il avait vue la veille danser en collant fluorescent d’une manière élastique aux rythmes d’AZF et qui avait cette nuit l’allure émouvante d’une ingénue transgenre portant un tee-shirt girly genre Martine à la campagne

Cuco a aimé danser avec OVDV aux rythmes de Teki latex qu’elles ont regardé ensemble. Teki Latex a une présence généreuse, absolument roborative, et arrive, chose rare, à mettre de l’humour dans un set. OVDV s’est alors lancée dans une classification ternaire des types de danse, mais arrivée au 2ème, elle avait oublié le troisième. Cuco se souvient seulement du 1er : les danseurs dauphins, qui prennent de l’espace et qui avec souplesse font de larges mouvements. OVDV bien sûr mimait en même temps qu’elle expliquait, c’est ça qui était bien. Puis une fille est arrivée pour demander si Cuco était un mec ou une meuf. A la question complexe de l’identité, la réponse d’une femme, même lesbienne, semble souvent se résumer à la version la plus naturaliste : avoir une chatte. That is the question a répondu Cuco. Et qu’est-ce qu’une femme ? OVDV a dit que Cuco posait la question et Cuco a répondu qu’il était plutôt une réponse. Sally Zemour est apparue, alors OVDV a dit elle aussi c’est une sacrée question, et Cuco a dit que non c’était plutôt une sacrée réponse. Finalement elles sont tombées d’accord.

Cuco a rencontré une illuminée qui voulait savoir pourquoi il se déguisait comme ça. Cuco a dit que ce n’était pas un déguisement. Son obsession était de savoir s’il était heureux, et surtout s’il était plus heureux comme ça. Cuco lui a répondu que la question du bonheur n’était pas une question pertinente pour lui ni pour l’expérience qu’il vivait. Elle a tenu encore à lui dire à quel point elle était heureuse, elle, toute cette volonté de bonheur lui a soudain donné la nausée

Plus tard, Cuco s’est assis auprès d’AZF qui elle, tout au contraire de l’illuminée, n’était pas ravie à cause de son premier set. Cuco lui a demandé comment elle savait si un set était bon ou moins bon, et elle ne savait pas vraiment dire, alors Cuco s’est dit que l’expérience et la condition du ou de la dj(ette)  rejoignait celle de l’acteur, pour lequel ce n’est jamais une question de pur savoir faire, à cause de la porosité scène salle, mais aussi de l’alchimie de la représentation, où la mystérieuse communion entre soi, la scène et le public n’advient que rarement. En tous cas, Cuco n’a pas vu le premier set, mais le deuxième était fantastique. C’est d’abord Parfait qui a pris les commandes, avec sa présence aussi tonique que légère, elle a vite entraîné la piste sur son rythme trépidant. Oui, il y a autour de Parfait Guiguet comme une aura de fantaisie terriblement énergisante, un style peps et efficace. Un groupe de lesbienne s’est agglutiné sur scène et c’était vraiment la fête avec Hassiba Azizi, Jasmin De Nimbocatin, Chloé Ditto, Juliana Giardino, Axelle Lavaivre-Roch, Hélène Salluste,  Julia Tyrannia, Sally Zemour. Et aussi Nelson d’Araujo au beau pull bleu. Non loin, il y avait aussi Eric Raynal de la revue Mercure, et Dora Diamand Doury.

Cuco a beaucoup ri en voyant Sally Zemour embrasser Hassiba Azizi, ou plutôt en voyant la mine inquiète et désemparée d’Hassiba Azizi après ce baiser lorsqu’elle a constaté qu’elle avait du rouge à lèvre jusqu’au nez, ça a rappelé à Cuco l’épisode de la Flash Cocotte, et elles ont bien ri avec Chloé Ditto

Puis AZF a pris les commandes et c’était bon. AZF a un style brut et cash que Cuco apprécie vraiment depuis qu’il connaît les Corps VS Machine et leur label « techno brute et minimale de gauche ». Il y a rarement de l’humour et de la légèreté dans ses sets, mais de la puissance, oui, avec parfois même une forme de brutalité, qui dans une veine punk, insuffle une énergie libératrice. Autour d’elle, ça s’est déchaîné avec les mêmes, et avec en plus quelques membres des Travlators fraîchement débarqués, ainsi que Thomas Campagne.

En tous cas, Cuco s’est complètement trompé, personne ne lui a demandé s’il se prenait pour une Pussy Riot, ni pourquoi il faisait du face kini à Paris quand il n’y a plus de soleil et que le vent se lève.  Sans grande envie de partir, mais comme il faut savoir finir et s’en aller au moment opportun, Cuco s’est arraché au dancefloor et a dit au revoir, puis il a regardé la fête de dehors, parce qu’à la Villette Enchantée il n’y a pas de mur mais des vitres et c’est ça qui est beau. Cuco a regardé AZF qui mettait encore le feu, avec les filles et les quelques garçons autour d’elle sur scène, il n’entendait plus rien, c’était presque l’aube, et comme dans la chanson, Cuco le cœur serré a soupiré Ah ! Les matins de Paris !….en hommage à Teki latex, à regarder jusqu’au bout, ça dure 3 minutes et demi

Publié par cucoandcuca

Transgendered and queer activist /Hacker transgender, performer, détourneur(e) des codes, j'interviens dans les espaces publics les Musées et les dancefloors

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :