Oui Oui Oui / 1er épisode / Patriarchal life, you are out of date !

Le 8 décembre, Cuco est arrivé à la Machine du Moulin Rouge vers 2h du matin, a traversé très vite le vaste hall surréclairé, en entendant vaguement des gens crier sur son passage  « Cuco ! Cuco ! ». Comme ce genre d’interpellation n’est pas toujours un signe de sympathie, j’ai accéléré.

Arriver sur le promontoire de la Machine, c’est aussi grisant qu’arriver dans un concert en haut d’une colline et apercevoir au loin la scène et la foule. C’est le pendant urbain et noctambule du goût ordinaire et commun pour le point de vue, et comme cette vue n’est pas commune, s’ajoute un sentiment d’ivresse tout particulier. Là-haut, en regardant la scène, la fosse et le bar, en embrasant du regard cette foule en liesse, j’ai senti que ça y est, Cuco était à la Wet For Me. Mon être pirate pouvait se déployer, d’autant qu’en bas, c’est Planningtorock qui officiait, ou plutôt Janine Rostron, figure emblématique transgenre, celle qui chante “patriarchal life, you’re out of date” (  « but it’s in more recent years that some of the most radical and complex investigations of voice as a mode for creating alternative identities have surfaces. » Steph Kretowicz).

Je me suis alors laissé gagner par un micro accès de lyrisme, lié à la présence fraternelle et charismatique de Janine Rostron, qui ne chantait pas d’ailleurs, mais aussi à tous les souvenirs extraordinaires de soirées passées à la Machine, comme si la scène portait encore la mémoire vivante de tant de bonnes énergies. J’ai repris ma respiration et suis descendue dans la fosse aux lionnes.

Sur le chemin j’ai croisé une fille qui m’a demandé si j’étais une fille ou un garçon. Comme cette question est en soi une réponse, je ne devrais peut-être même plus répondre. Pourtant cette fois j’ai encore répondu : « Ni l’une ni l’autre, je m’appelle Cuco ». Arrivé près du bar, Jasmin (Yasminou for ever) m’a aperçu et comme souvent, est venu très gentiment me chercher pour me conduire auprès des siens, avec le groupe ami. La meute. Elle portait des lunettes aux verres teintés, genre lunettes de surf ou de ski, Hélène Thomas avait aux pieds des Moon Boots rouges, elle avait peut-être lu qu’il risquait de neiger ce week-end, en particulier sur la Butte Montmartre, qui est, il est vrai, légèrement en altitude. J’ai cependant une autre hypothèse. Comme Jasmin aime beaucoup les années 80 depuis qu’elle s’occupe du squatt La Main Jaune marqué par le tournage de la Boum, elle a proposé au groupe des Barbieturix que le sous-thème de la soirée de la Wet for Me, ça soit l’équipe du Splendid, ou « les bronzés font du ski », version gouine bien sûr. D’ailleurs, Cuco s’est souvenu en regardant cette scène où Chassol avait joué, qu’il lui avait proposé de se faire passer pour Anne Lorençin quand il viendrait l’écouter. Cuco ne savait pas qui était Anne Lorençin quand Chassol lui avait écrit ça, il trouvait même que ça faisait un peu bourgeoise chic, genre Catherine Deneuve jeune, alors qu’en fait, Anne Lorençin, c’est une monitrice de ski, mais pas n’importe laquelle, c’est la plus belle. Bref, l’atmosphère sur la piste était incroyable, les vieux tires fesses avaient été remplacés par de splendides remontes pente, la poudreuse était là, bien fraîche et bien blanche. Jasmin De Nimbocatin avait bien fait de sortir ses plus belles lunettes, parce qu’après toute cette neige fraîchement tombée, la blancheur était éblouissante et il faisait vraiment très chaud sur la piste. « Normaaal » reprirent en choeur les Barbies qui étaient présentes, c’est la WET FOR ME ! En tous cas, Cuco remercie Chassol, car ce soir là, il s’est promené en se prenant pour la plus belle monitrice de ski. Le temps de quelques mouvements sur le dancefloor, aux rythmes ennivrants de Planningtorock, et surtout après, avec ceux de Chloé, il s’est vraiment senti Anne Lorençin. D’ailleurs, ça a marché, de très charmants pds, de belles gouines et de beaux trans se sont jetés sur lui, c’était Chaud et so so Love.

Sur le dancefloor, c’était fou fou fou, il y avait des mariées et des mariés qui s’entraînaient pour la manifestation du 16 décembre, ou de futurs mariages imminents. A moins que jouer les mariés ne soit plus subversif que se marier vraiment ? Le futur nous le dira. D’ailleurs, derrière Chloé et ses machines, défilaient des photographies de Chill O en diaporama, des photos de soirées, des portraits, parce que chez les Barbieturix, comme dans le blog de Cuco, on se rappelle les bons souvenirs des soirées d’avant, et puis au cas où la nouvelle soirée du jour prendrait moins bien que la dernière, on projette les photos de la dernière Wet For Me, comme dans le film 101 Reykjavick, où les mêmes personnes se réunissent chaque année pour le réveillon de Noël, et à cette occasion, se passent le dvd du réveillon de l’année passée. Mais comme les photographies de Chill O sont vivantes, on ne s’en lasse pas ; et surtout, le diaporama a pris une tournure politique tout à fait militante cette fois-ci. Après les portraits des noctambules à tendance majoritairement lesbiennes et gays, on s’est retrouvé au cœur des manifestations pro mariage gay et PMA. Tout à coup, c’était le revival de la lutte des droits civiques que nous n’avons pas connue, et telle qu’on l’imagine à San Francisco dans les années 80/90, avec cette atmosphère de conquête, ce sentiment de participer à la Marche de l’Histoire, sentir qu’enfin le changement et la révolution ne sont plus des idées mais des actes, des situations palpables, et enfin saisissables. Sur la scène de la Machine, il y avait non seulement Chloé, inspirée, pour un interminable et magnifique set, mais aussi des photos de manifestation.

J’ai aimé danser avec la chère Marie Millon revenue d’Angleterre exprès pour les célébrations des épousailles queer avec sa fiancée anglaise Léala-Rain Shonaiya548587_10200179443348638_1537174729_net puis aussi avec Géraldine Atger en époux, ou en « bon(ne) à marier » Hassiba Hazizi, Julio Tyrannio, qui, avant, était Julia Tyrannia, comme Cuco Cuca en fait, une jolie créature aux yeux de paillette qui veut rester anonyme, Marie Macabre, Olivia Haine, Stephane Von Brach. Aimé croiser aussi Hélène Jennox, amoureuse, Vaïni De Castelbajac, déchirée et déchaînée,  OVDV, exaltée, radieuse; quand je lui ai demandé si c’était parce qu’elle était amoureuse, elle a répondu que non c’était juste à cause de l’amour et à cause du nombre incroyable de lesbiennes réunies au mètre carré. Avec Olivia VDV c’est toujours réjouissant, et puis il y avait aussi Sally  avec la Cold Team : le beau Thomas de Campagne la tête fraîchement rasée, le ténébreux Ben Depinoy aux cheveux bleus, et Dustin Muchuvicz, l’une des plus merveilleuses et douces créatures transgenres de la soirée. Nous aurions dû nous marier d’ailleurs ce soir là.

Au bar, Cuco a croisé une fille sympa mais un peu menaçante qui lui a dit : «  Toi tu as beau te cacher sous ton masque, je te connais » / « Ah bon » j’ai répondu / Après, comme je n’entendais pas bien, je lui ai demandé de répéter et elle m’a dit : « mais tu n’as qu’à te faire des trous comme ça tu entendras» / « non merci j’ai déjà assez de trous comme ça »/ Je me suis demandé pourquoi j’avais répondu ça, peut-être à cause de ma double ouverture de pantalon, j’étais gêné, alors j’ai essayé de rabattre la conversation sur un versant plus technique, en ajoutant « Souvent avec les masques, il n’y a pas de bouche » c’était pire. Bref la conversation a repris. «  Je t’ai déjà vu au Filles de Paris » / « Ah oui, je me souviens »/ « C’était chaud, tu dansais et t’as rendu complètement dingue Martine »/ « Martine ? Ah oui je me souviens, un garçon so charming a partagé un raille de c dans les chiottes avec moi, après j’étais sur des ressorts, et avec Martine, c’était dingue c’est vrai. ». / Sur ce, elle m’a donné une invitation pour une soirée au 3ème lieu que j’ai perdue dans le chaos qui a suivi./

Et Chill O m’a surpris, comme toujours, dans mes rêveries de promeneur solitaire, au milieu de la foule en liesseCuco-1

Le chaos, c’est qu’une partie du dancefloor s’est lancé à l’assaut de la scène, des dizaines de filles et quelques garçons sont véritablement partis à l’abordage. A deux reprises, la scène a été envahie pour fêter la Noce. Qu’on se le dise, le mariage gay et lesbien, ça ne se fêtera jamais ailleurs que sur scène, même quand tous les maires seront obligés de célébrer les mariages dans n’importe quel petit village de France, il y aura toujours après la mairie des mariées nues ou en latex, dansant sur des dancefloors roses. Bref, j’ai touché pour la première fois le cul de Sally, pas par concupiscence, mais pour l’aider à monter sur la scène, parce qu’elle allait tomber, et puis après, on m’a aidé aussi, parce que le plateau de la Machine est trop haut pour pouvoir l’enjamber facilement. Louise De Ville se mariait, mais bien d’autres aussi, derrière, à côté, ou en dessous, sur le dancefloor. Par chance, vous pouvez découvrir une petite vidéo pirate de Aifol Raster, que je remercie au passage, pour me l’avoir envoyée

Je ne sais pas si c’était l’effet grisant du mix de Chloé, ou si c’est parce qu’on le prenait pour Anne lorençin, ou parce qu’il a pris du poppers avec un couple de lesbiennes vraiment charmant et so sexy – déjà croisé là-haut sur le promontoire – une sicilienne + un baby Shanon Funchess – ou si c’est parce qu’il se passait quelque chose de spécial – sorte de contamination rue/dancefloor – toujours est-il que Cuco a passé une merveilleuse soirée. Oui, redire que la fête des Barbieturix était belle, le set de Chloé incroyable, et enfin, qu’un dancefloor, aussi festif et communautaire soit-il, peut être parfois subversif, ou du moins, encourager à l’être, ailleurs, en criant par exemple dès maintenant et dès qu’on peut :

PATRIARCHAL LIFE, YOU ARE OUT OF DATE !

Publié par cucoandcuca

Transgendered and queer activist /Hacker transgender, performer, détourneur(e) des codes, j'interviens dans les espaces publics les Musées et les dancefloors

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :