Piratage cosmique au Palais de Tokyo

Nous sommes nombreux, nous sommes pluriels, nous sommes matériels, nous sommes spirituels, nous sommes le microcosme, nous sommes le macrocosme, nous sommes l’infiniment petit nous sommes l’infiniment grand, nous sommes en devenir, nous sommes d’ici, nous sommes de là-bas, nous sommes d’avant, nous sommes de maintenant, nous sommes d’après, nous sommes une multitude, nous sommes discontinues, nous sommes instables, nous sommes en reconfiguration permanente, nous sommes des poussière d’étoiles, nous sommes des atomes, nous sommes des muscles, nous sommes des filaments, nous sommes des queues de comètes, nous sommes de l’électricité, nous sommes des connexions neuronales, nous sommes invisibles, nous sommes visibles, nous sommes des cavités, nous sommes des animaux, nous sommes  des humains, et nous l’avons oublié. Nous l’avons oublié car nous n’avons que très peu accès à la juste représentation de soi. Représentation de soi est peut-être justement le terme et le lieu où le bât blesse. Il faut sortir de la représentation pour formaliser ce qui ce joue dans la mutabilité infinie de chaque chose et de soi. Il faut sortir de la représentation mais aussi de soi. C’est pourquoi Cuco a voulu s’introduire dans l’espace-temps de Julio le Parc pour le prolonger, car dans cette oeuvre processuelle, par définition toujours en devenir, Cuco a trouvé un écho sensible et plastique évident : un skizo espace pour une skizo attitude.

Cuco avait rendez-vous avec la photographe Chill O le lundi 6 mai au Palais de Tokyo à 20h30. Nous nous sommes retrouvés non loin de la chambre aux miroirs, dans un espace labyrinthique, dédale de panneaux blancs en tissu, mobiles, sur fond de miroirs, où la lumière vibrait en permanence, produisant un effet hypnotique. C’était un vrai glissement dans un espace temps démultiplié, où ce qui se multipliait n’était pas seulement l’image de soi, mais les petites perceptions. Peu à peu, je me suis laissé envelopper dans une texture de rêve où l’espace se referme en même temps qu’il s’ouvre, où la contemplation s’abîme dans la répétition. 603826_590555407629889_1328649811_n Quand nous sommes sorties de cette pièce, nous étions transformées. Le temps s’était étiré, l’espace, démultiplié.   603534_590556230963140_1203421821_n Je me suis promené et suis resté longtemps en face d’une installation qui travaillait davantage avec la frontalité et les lignes, un groupe d’adolescents s’est approché de moi, l’un d’entre eux a dit « wouah ! j’ai cru que c’était un être humain », quand il s’est trouvé à vingt centimètres de moi il a rectifié : « mais c’est un être humain ! ».

Finalement, cette expérience était aussi un piège, car avec les installations lumineuses interactives de Julio Le parc, avec la présence de Chill O, Cuco s’est retrouvé dans la posture du regardeur regardé, du pirate piraté, oscillant sans cesse entre la déambulation contemplative, le jeu avec l’objectif, et la dépossession extatique.le pirate piraté

Plus tard, alors que j’étais assis depuis un certain temps sur une banquette, un jeune homme Jean est venu me voir pour me demander si je faisais partie de l’exposition, ou si j’étais là comme ça. Comme je lui ai répondu que non, je ne faisais pas à proprement parlé partie de l’exposition mais que j’étais bien là et que je m’appelais Cuco, il m’a dit qu’il s’en doutait. Il est revenu plus tard pour me demander si je n’étais pas passé sur Arte, à ma connaissance, non, mais le piratage des pirates est une pratique ordinaire et légitime, donc peut-être que je suis passé sur Arte. Il m’a demandé aussi pourquoi je faisais ça. Quand un spectateur de Musée me regarde étrangement, en se et me demandant ce que je fais et qui je suis, et quand il va jusqu’à interrompre sa visite pour me demander si je fais partie de l’exposition, je me dis toujours que le piratage est réussi. Mais ce soir là, le piratage était doublement réussi , car le pirate fut piraté et dessaisi, emporté dans le cosmos et les étoiles, et rapté par le regard de Chill O.

603637_590566377628792_652076151_n 603534_590556230963140_1203421821_n

Publié par cucoandcuca

Transgendered and queer activist /Hacker transgender, performer, détourneur(e) des codes, j'interviens dans les espaces publics les Musées et les dancefloors

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :