des Gastons et des Biches ( nouvel hommage à notre sens commun de la nuit)

On ne sait pas pourquoi le nouveau né du clubbing queer parisien initié par Denyse Juncutt, Vainui de Castelbajac et Almond, s’appelle Gaston. Peut-être à cause de la chanson Gaston y’ a le telefon qui son et y’a jamais personne qui répond de Nino Ferrer ?  A moins que VDC avec son goût du dessin n’ait décidé de rendre hommage à Gaston Lagaffe, qui peut, en effet, être considéré comme une figure libertaire, révolutionnairement réfractaire à l’effort et menant une vie de asexuel. Une dernière hypothèse plus savante et plus sérieuse serait de nature étymologique : Gaston viendrait de Gast, qui signifie à la fois hôte et étranger, ce qui, pour une fête queer, semble parfait.  J’opte pour la dernière, car c’est la plus belle des versions. Rêver une fête qui mette en avant l’accueil de l’étranger est en effet le plus beaux des projets.  Malheureusement, comme dans toutes les fêtes branchées auto-proclamées queer, il y a peu de couleurs de peau différentes sur le dancefloor : le queer ne va pas forcément avec la diversité socio-culturelle, le queer n’est pas d’emblée multiculturel. A l’inverse, on peut dire que le multiculturalisme n’est pas en soi une garantie de l’esprit queer. Que ce soit à la Flash, à la Trou aux biches – mais là, c’est normal, car les biches on les prénomme les culs blancs – à la Wet, ou maintenant à la Gaston, les étrangers ou les français(es) d’origine étrangère non blancs, sont peu présents sur les dancefloor parisiens queer, présents bien sûr, mais ultra minoritaires.  Et même si cette diversité a pu être parfois détournée à des fins commerciales, comme dans la pub Benetton, elle reste un idéal. Cuco en tant que petit activiste queer bicolore à la peau de latex contribue modestement et à sa façon à promouvoir cette diversité post-genrée.  J’admets, c’est un peu facile, mais que faire ? Inventer la discrimination positive ou les quotas pour les soirées LGBTQI ? Déjà, on ne peut pas dire que le coût de l’entrée soit un facteur de discrimination social : à la Gaston, c’est gratuit, quant à la Trou aux biches, c’est 8 euros. Alors peut-être faudrait-il délocaliser les fêtes queers en banlieue ? Ou au milieu de la Goutte d’or en prenant contact avec cet imman pro-gay, et queer, figure révolutionnaire française qui a créé une mosquée gay  à Paris l’année dernière ? Je veux parler de Ludovic Mohamed, ancien salafiste en Algérie et fondateur de l’association des Homosexuels musulmans de France (HM2F), qui a écrit Le Coran et la Chair aux Editions Max Milo. Il milite non seulement en faveur des minorités sexuelles, mais est aussi féministe, puisqu’il défend la possibilité d’un appel à la prière féminin.

Pour revenir à la Gaston – et ce n’est pas à lui de porter sur ses épaules légères le poids lourd de ce problème qui excède bien sûr le monde de la nuit – c’était une vraie belle fête. Quand Cuco est arrivé à l’OPA, un gardien l’a empêché d’entrer, mais heureusement, Vainui de Castelbajac passait par là avec Nina Droz et elles ont réussi à apaiser l’angoisse du gardien zélé. Le dancefloor était déjà bien chaud, Hélène Jennox et Léonie Pernet avaient oeuvré, Mila Aragon aussi, et c’est le beau Nizar qui était aux commandes quand je suis arrivé. Très vite, Cuco a été emporté par Stéphane VB sur la scène, qui, vêtu d’un petit short en jean et de basquettes, se déchaînait. Depuis que nous nous connaissons, Stephane aime se déchaîner en général, et en particulier avec Cuco sur un mode singulier assez inimitable fait de déhanchements sauvages, de torsions gymnases, où il finit toujours par s’allonger sur le dos par terre et par offrir son cul aux mains baladeuses ou dominatrices. Nous nous sommes bien amusés. Il a voulu que je monte avec lui à l’étage, c’était bien pour découvrir l’architecture du lieu qui a intégré à l’intérieur un extérieur, un sas, pour les fumeurs, mais pas seulement, car cet extérieur fonctionne comme une circulation entre le dehors et le dedans. Stéphane m’a fait une magnifique déclaration : il m’a dit qu’il espérait que Cuco ça dure toujours et qu’il ne voulait jamais savoir qui il y avait derrière. Puis j’ai vu Yannik Marquis sans Tatie Jones qui manquait et lui m’a dit le contraire : qu’il aimerait qu’on se connaisse mieux et espérait voir qui il y avait derrière un jour. Ce à quoi j’ai répondu que ce serait alors la fin de Cuco. Il n’était pas d’accord. Cuco en a conclu qu’il y avait dans ses relations amicales deux catégories de gens : ceux et celles qui attendent le moment où Cuco dévoilera enfin sa vraie identité, et ceux et celles qui ne veulent surtout pas en savoir plus, ayant compris qu’alors ce serait fini. Cuco donne modestement son avis sur la situation : je pense qu’on se trompe en pensant que l’essentiel est ailleurs ou derrière. Sous ma seconde peau de latex : la vraie peau. Au-delà de ma vie nocturne et noctambule : la vraie vie sociale en société, diurne. Je ne pense pas qu’il y ait une vraie identité derrière Cuco car Cuco n’est pas un déguisement cachant un vrai Moi. Cuco n’est pas non plus seulement un pseudo comme il y en a tant et toujours eu en littérature, car à la différence d’un pseudo littéraire qui n’est juste qu’un nom, qu’une signature, j’existe. Cuco existe, à travers ses actions, ses rencontres, ses aventures, ses textes, vos souvenirs, nos souvenirs, notre vie commune de noctambules. Notre poésie de la nuit. Notre sens commun de la nuit. En dehors de cette question identitaire lançinante qui revient à chaque soirée comme un boomerang, et en cela, décidément Cuco est aussi une expérience toujours recommencée où la subversion opère aussi et assurément pour soi….Cuco était heureux de retrouver Jasmin De Nimbocatin avec ses jolies tempes blondes, l’adorable Léonie Pernet qui m’a répété plusieurs fois Cuco Cuca comme si c’était son petit mantra, Hélène Jennox, qui arborait comme toujours un beau et grand sourire adolescent qui donne envie de lui faire des bisous sur les joues, Chill O sans son appareil photo mais avec son t-shirt Route 66 so sexy, Léonard Collignon aussi charmant que doux. L’atmosphère était d’emblée super joyeuse et super sexy, sûrement à cause du mix de Niz Denox. Joie de revoir aussi Juliana Giardino défroquée, Héloïse Thomas, Luc Angelini qui porte tellement bien son nom, (les petits anges), Céline Caillault, Thomas Campagne qui bizarrement flirtait avec une fille, Alice Davallan, Thimotée Cerveaux et son élégante discrétion. Ce soir là pourtant, non loin de la scène, je me souviens qu’il riait comme un fou,  à gorge déployée avec Juliana Giardino. J’ai même eu envie de les rejoindre tant ils avaient l’air heureux. Avant de s’éclipser, Cuco a aimé danser encore avec d’adorables garçons dont Amin Naoui, et d’autres dont il ne connaît pas le nom, aux rythmes d’Andres Komatsu. Oui, Gaston, nouvel enfant de la nuit, tu es très attachant.

1000714_180483585460229_1252668328_n

Gaston, pic by Chloé Nicosia
Gaston, pic by Chloé Nicosia
Gaston, avec Stephane Von B, pic by Chloé Nicosia
Gaston, avec Stephane Von B, pic by Chloé Nicosia
Retour à la Trou !
C’était enfin l’été ce soir là, il faisait si chaud que Cuco est sorti pour la première fois sans manteau. C’était une expérience très particulière que de se promener dans le quartier de Belleville ainsi dénudé, ainsi exposé. Mais Cuco aime éprouver cette petite sensation de danger. D’ailleurs Greg Greg (Numéro 6) semblait effrayé à l’idée que je m’en aille comme ça au milieu de la nuit sans aucune protection et il était si attentionné qu’il voulait absolument m’appeler un taxi. Je l’ai rassuré en lui disant que ma voiture n’était pas loin. Cuco était heureux de venir s’ébrouer avec les bichettes de l’été mais la Trou aux biches portait plus que jamais très bien son nom, il faisait 50 degrés en bas sur le dancefloor, tout le monde était déchaîné et transpirant. Comme l’a dit Yvette Néliaz, ce qui est bien avec la trou c’est que tu profites aussi du sauna, (dans son compte-rendu de la soirée, (TROU AUX BICHES #22 a La Java | damepipi TV, www.damepipi.tv).  Cuco a été délicieusement accueilli par l’élégant Face-Hole Noah, puis a enfin rencontré Roger De la Société.  Moi je préfère l’appeler Rugiero Della Societa, son deuxième nom, car tout à coup il semble le Prince sorti tout droit du livre éponyme de Machiavel, même si Ruggiero della Societa est si gentil qu’il est difficile de lui attribuer des pensées machiavéliques. Cuco a aimé la façon dont il s’est officiellement présenté à lui. Et il y a eu aussi la belle rencontre avec Shania Twane, Cuco ferait volontiers sien son adage de page de couverture My daily routine, get up, be fabulous, go back to sleep, c’est peut-être à cause de la barbe que j’associe Shania Twane et Roger Della Societa, comme certains doivent inévitablement associer Sébastien Vion et Cuco à cause du masque de latex blanc.
Johanna Depute a épinglé Cuco embarqué dans un face à face avec son double, style Zoro
1236406_574724725922687_1631120124_nEt puis il y avait tant de monde aimé, Stephane Moshé, Pepi della Fresca,Yannick Marquis, Tarie Jones revenue et retrouvée, la belle Raya Martini, Clément Giraud, Clément, mon fiancé, Clovis Voltier, Loic Mahé. La belle et bonne surprise, c’est que Cuco est arrivé, comme à la Gaston, juste pour le set de Niz Denox. Comme il faisait 50 degrés sur le dancefloor, 30 degrés dehors, Cuco a senti sa température de corps monter brutalement, alors, avant de s’évanouir involontairement au milieu des bichettes toutes plus sexy les unes que les autres – comme cet évanouissement eût pu être délicieux ! – il a préféré décider de s’évanouir telle une biche, en mimant leur grâce un peu aérienne, leur façon de disparaître en passant inaperçu, mais c’était sans compter sur la foule parquée dans l’espace fumeur. Car dehors, c’était l’été, il y avait une atmosphère de vacances, et les vacances à la Trou aux biches, c’est un peu comme un Centre aéré branché avec d’éternels enfants qui se battraient pour s’inscrire. Il régnait un air d’insouciance, une atmosphère d’amitié et d’amour, c’est ainsi que j’ai revu avec bonheur la bande de dj(ettes), Naïla,  (Parfait) Greg Greg (Numéro 6), Audrey, (Azf), et puis Sally et Audrey Saint Pé que je n’avais pas vues depuis longtemps. Il faut dire que depuis que Sally est amoureuse elle se tient toujours bien. Des transformations vertueuses de l’amour : plus question de montrer ses seins pour un oui ou pour un non, disons qu’elle cultive le moment exceptionnel. A la dernière Wet, elle s’est inventée un nouveau rôle, non plus d’effeuilleuse mais d’assistante djette avec un look de secrétaire-bitch, mais ce récit, ça sera pour un prochain épisode…. entretemps, il y a eu aussi l’anniversaire d’Anne Claire-Dactylo….Après toutes ces effusions sentimentales, Cuco a marché joyeusement dans l’air tiède en pensant au bonheur d’avoir retrouvé ces bichettes tant aimées.

Publié par cucoandcuca

Transgendered and queer activist /Hacker transgender, performer, détourneur(e) des codes, j'interviens dans les espaces publics les Musées et les dancefloors

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :