Paris is burning ?

Le 4 septembre Cuco a suivi l’injonction qu’il avait reçue par courrier d’une inconnue : Fuera Cuco ! Qui signifie : Dehors Cuco ! Apparition donc. Retour au monde de la nuit, avec une brève incursion à la House of Moda, le temps de goûter au plaisir de l’insubstituable formule de Telemonius Monk qui illumine à elle seule ce club de la rue Montmartre, mais aussi à l’activisme underground d’hier et d’aujourd’hui. Au Social Club, il y avait Crame bien sûr, Reno, mais aussi Phoebe Jean, musicienne queer, et ce soir là se jouait pour un court temps un reenactment de Paris is burning. Des danseurs de voguing  étaient invités par Crame et Frédéric Nauzyciel. Le Voguing est une danse née à Harlem au sein de la communauté homosexuelle afro-américaine et latino dans les années 30 très à la mode depuis les années 90 dans les clubs LGBT new yorkais. L’actualité voguing est forte depuis quelques années en France : avec des articles dans la presse, des Festivals, des spectacles de danse contemporaine. A NY, la photographe Chantal Regnault a publié récemment de nombreuses photographies de ces ballrooms où tout se jouait dans les années 90, Voguing and the House Ballroom Scene of New York City.

House of Moda, 4 septembre
Pic by Crame, House of Moda, 4 septembre, Honeysha, Kan, Kevy Khev
House of Moda, pic by Crame
House of Moda, AmberGer Revlon, pic by Crame

Après ces décennies de pratique, après le clip « Vogue » de Madonna, après les multiples déclinaisons institutionnelles de cette danse, le voguing n’a donc plus rien d’underground aujourd’hui. Quand des danseurs de voguing viennent sur un dancefloor à Paris, et ce n’est pas la première fois, les autres danseurs s’arrêtent pour regarder la « performance » de voguing. C’est peut-être la différence entre New York et Paris et c’est aussi le signe certain de la muséalisation d’une pratique, ou au moins de son déplacement. C’est ce qui est arrivé ce soir là avec les deux vogueurs AmberGer Revlon et Kevy Kev.  Mais après tout rien d’extraordinaire ce n’est que le processus inexorable de toute subversion que d’être ensuite reprise et absorbée, heureusement, s’inventent d’autres subversions, qui à leur tour seront reprises. Cuco était perché sur un petit muret aux côtés de Dora Diamant, mais même là nous ne pouvions pas voir grand chose car c’est une danse qui se fait beaucoup au sol. Mais c’était bien quand même avec le hors-champ.  Cuco était heureux de croiser Tabata Weisberger, et Dactylo qui revenait de vacances et qui, comme Crame, avait revêtu une adorable petite jupette d’écolière.  Cuco a aimé danser avec Emmanuel P Eerie, recroiser Brieuc de Brest qui était tendre et charmant, et puis aussi rêver, rêver de s’aventurer sur le grand dancefloor vide protégé par une barrière, et légèrement éclairé. Sinon Cuco veut bien amener la petite Crame à l’école qui s’était fait des couettes et avait mis son cartable sur le dos pour l’occasion.

1185871_10152183539064418_1795378731_n

Publié par cucoandcuca

Transgendered and queer activist /Hacker transgender, performer, détourneur(e) des codes, j'interviens dans les espaces publics les Musées et les dancefloors

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s