Versailles

1291653_657938757558220_142308150_n

Cuco mûrissait depuis longtemps le rêve d’un piratage royal. Depuis plus d’une année, il se voyait marcher dans les allées du Jardin de Versailles qui s’étendent à perte de vue. Dans ces rêveries, lui revenaient toujours des bribes de musique baroque, légèrement brouillées et parasitées par des motifs bruitistes. Parfois, il se voyait tout en haut du parc, devant le château, regardant l’horizon, jouant cette comédie royale avant d’entamer la grande marche jusqu’au bassin central et de dérouler le Tapis Vert, nom que l’on donne à l’allée Royale. Accompagné en son par ce morceau de Mikael Nyman d’environ 10 minutes, bande son de la dernière séquence du film de Peter Greenaway, Le cuisinier le voleur, sa femme et son amant, celle  où l’amant cuisiné est offert à l’assassin de mari, et tout à coup, il couperait le son et on entendrait seulement le crissement des gravillons sous les pas, le bruit du vent dans les arbres et de l’eau qui coule dans les bassins.

1371385_657940784224684_164251111_n

Cuco voulait se promener dans les jardins de Le Nôtre sous la neige car dans le monde blanc, tout est transformé et chaque son est amorti. L’hiver dernier, Cuco fut tenté lors des grandes chutes de neige, malheureusement il découvrit qu’ils ferment le parc et les jardins au public lorsqu’il neige. Dernièrement, le désir lui vint d’un double piratage : le Nôtre, mais aussi Pénone, qui a installé ses sculptures d’arbres géantes dans les jardins. Et ce désir, Cuco l’a partagé avec la photographe Chill Okubo. Ce ne fut pas sous la neige, mais bien dans la lumière d’automne que ce double piratage eût lieu, quand la rousseur colore les arbres, ensauvage la nature et adouçit la lumière.

1376180_657847950900634_1659855548_n

Nous nous sommes données rendez-vous devant le Château de Versailles. Ce fut plutôt aisé de pénétrer ce jardin et de s’y promener librement, quelques touristes se sont arrêtés pour me filmer ou me photographier, mais avec beaucoup de délicatesse : ce jour là, nulle manifestation de peur, ni de curiosité malsaine, seulement de brèves et discrètes complicités. La lumière était plus belle que dans tous ses rêves. Il alla d’abord devant le château, là où on surplombe l’allée Royale, regarda cette immense sculpture de Pénone, puis s’en alla et descendit tranquillement vers le Tapis Vert en empruntant une allée parallèle. Puis il bifurqua vers l’allée attenante et marcha jusqu’au bassin de Bacchus, qui est justement le bassin dit de l’automne,  car il y a à Versailles des bassins et des sculptures pour chaque saison.

1376006_657939787558117_2131095586_n

Après Bacchus, nous nous retrouvâmes avec Chill Okubo et nous avons longuement marché ensemble dans les allées géométriques baignées de cette merveilleuse lumière automnale, lumière de l’Ouest, dorée et rasante.

Plus tard et plus loin, Cuco croisa un jogueur qui lui demanda ce qui se passait, ce qui m’arrivait. Cuco répondit qu’il ne se passait rien et qu’il s’appelait Cuco. Le jogueur a répondu « Alors comme ça Cuco se promène au Château de Versailles ? » « Oui c’est bien ça ». Il a fini gentiment par expliquer qu’en fait il travaillait là et qu’il était interdit de se promener masqué, déguisé ou costumé dans le parc et les jardins du château de Versailles. En terminant, il dit « Bonne promenade Cuco ». Peu après avoir traversé le bassin central, Cuco se fit interpeller par un gardien qui lui demanda s’il se promenait comme cela pour des raisons de santé. Quand Cuco répondit que non, on le somma d’enlever de suite cette tenue, car il est interdit de se promener masqué, déguisé ou costumé dans le parc et les jardins du château de Versailles. Ce qui est absurde bien sûr. Comme je ne m’exécutai pas de suite, une autre voiture me suivit et vint à ma rencontre, le gardien me demanda d’enlever de suite ce masque car il est interdit de se promener masqué, déguisé ou costumé dans le parc et les jardins du château de Versailles  et de plus j’allais faire peur aux enfants comme ça. J’obtins un sursis, mais le piratage s’arrêta là.

La nuit tombait, il se souvint d’une des dernières séquences de Marie Antoinette de Sofia Coppola, après la fête et la débauche, mais l’aube était si loin encore. Il faudra revenir, sûrement, oui, c’est ce que je me dis en pensant à un autre film, Versailles, sorte d’envers du décor, où tout se joue autour d’un camps de sans papier et de sdf dans les bois de Versailles, juste à côté du château, Guillaume Depardieu y joue sa dernière prestation.

Restent les photographies de Chill Okubo. Ces quatre photos sont seulement un petit aperçu de la série qu’elle a réalisée. Elle a su capter l’atmosphère mélancolique et surréelle d’une longue et crépusculaire marche d’automne, faite dans les allées du parc du château de Versailles presque vides. Sans que nous ne nous soyons nullement concertés, Cuco trouve dans ses photographies la matérialisation de ses rêveries royales.

Le Roi est mort ! Vive le roï ! Et d’ailleurs Cuco a déjà été sacré roi avec le roitelet Jasmin De Nimbocatin. C’était chez Moune en 2012.

Publié par cucoandcuca

Transgendered and queer activist /Hacker transgender, performer, détourneur(e) des codes, j'interviens dans les espaces publics les Musées et les dancefloors

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :