Black Out

Il n’y aura pas d’image pour cette nuit dans le noir.

Cuco a aimé  marcher à tâtons et errer dans le Gibus sans plus reconnaître les lieux. Pour la première fois depuis longtemps, il se sentait libre et de nouveau invisible. Invisible parmi les invisibles. Ou presque. Oui, un dancefloor plongé dans le noir produit une société des égaux festive.

Dans ce petit labyrinthe à peine reconnaissable, les danseurs surgissaient, comme des ombres mouvantes équipées de petites lampes roses.

Vincent a dansé avec moi puis a voulu nous prendre soudainement en Photo. Le flash était une intrusion violente, obligeant à sortir brutalement de cette nuit enveloppante.

Cuco a été abordé par une fille qui l’a entraîné dans sa danse jusque l’aube. Elle m’a rapidement demandé quel âge j’avais. Cuco a répondu bientôt quatre ans. En disant cet âge je me suis senti comme le petit garçon du même âge dans le film de Miranda July qui se rend à un rdv après avoir tchaté sans savoir même écrire, tapant juste quelques mots au hasard. Et celle qui le retrouve ensuite sur le banc est une galeriste qui pourrait être sa grand-mère ou au moins sa mère.  A cause de la nuit, elle a éprouvé le besoin de se décrire. Nous étions un peu comme des aveugles ou des spectateurs aveugles inventant l’audiodescription. Puis elle a parlé d’un club où Cuco devrait aller qui s’appelle kaos. A un moment, elle m’a indiqué une soufflerie le long du mur pour que j’ai moins chaud, elle était pleine d’égards et de précaution. Le mot d’hétérotopie a surgi entre nous. On s’est demandé si cet espace pouvait en être une. Je crois que c’en était une. D’un genre nouveau et envoûtant.

Dans les canapés en cuir du salon, des corps s’agglutinaient, on les apercevait par intermittence dans des flashs de lumière, des backrooms éphémères se formaient.Au loin sur la scène, au-dessus de la table des djs, des filles dansaient seins nus, des garçons torse nu, le noir érotisait le dancefloor. Des vigiles circulaient avec leurs lampes torches tentant de surprendre des gens.

Le club se vidait, mais la danse se poursuivait, entêtante.

Aux commandes, Emmanuel Caurel,  Julien (BLT) & Dactylo, assisté du bel Amina

Quand Cuco est sorti, c’était entre chien et loup, il a été interpellé par le videur qui lui a demandé de trancher sur le sort de deux jeunes hommes qui malgré l’heure avancée, il était cinq heure, voulaient rentrer au Gibus. Cuco les a regardé, il a dit d’accord. C’est la première fois qu’il était convié à jouer le rôle de physio. Après avoir traversé la place de la République, il est monté dans un taxi et a demandé au chauffeur s’il pouvait garder son masque. Quand il m’a demandé si je sortais d’une soirée de latex, j’ai d’abord dit oui, puis j’ai décidé de lui dire la vérité. Non je ne sors pas d’une soirée de latex, je m’appelle Cuco et je sors toujours comme ça. Jean-François le chauffeur était curieux, doux, intéressé, il a fini par dire qu’il n’avait vu une chose comme ça, qu’il n’avait encore jamais entendu parler de ça, mais qu’il comprenait, il a ajouté que quand on dit dans la vie faire tomber le masque c’est quand on tue le mystère. Je n’avais jamais pensé à cette expression, c’est étrange. D’ailleurs, à l’origine, Cuco ne pensait pas que ce serait si important et si déterminant le masque. Juste avant que je ne sorte il a lancé avec le sourire : Restez longtemps mystérieuse Cuco ! Vous voulez dire Mystérieux ?

Publié par cucoandcuca

Transgendered and queer activist /Hacker transgender, performer, détourneur(e) des codes, j'interviens dans les espaces publics les Musées et les dancefloors

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :