« I REMEMBER. Chap I : 6 years ago, about birth and rebirth

Je viens de recevoir un message de mon wordpress me souhaitant un heureux anniversaire. C’est la beauté transhumaniste du monde moderne que de voir la machine que l’on personnalise entretenir nos illusions de relations interpersonnelles. Tel.l.e un.e amoureu.x.se elle se manifeste soudain là où aucun autre être ne s’est manifesté. Elle pense à moi ! Dans la version computationnelle de l’esprit humain, on parle non plus de l’esprit ou de l’âme, mais des mécanismes cognitifs que l’on peut rapporter aux calculs auxquels procède un ordinateur. Il y a quelque chose de séduisant et de satisfaisant dans cette version machiniste et réductionniste de l’esprit qui nous allège du poids des affres de la psychologie humaine.

Grâce à cette pensée machinique je fête donc ce soir à Venise mon birth day de hacker et de blogueur intermittent. Il y a six ans, le 25 novembre 2011, j’ai effectivement ouvert un compte pour y publier mon mini manifesto Who is Cuco ? Manifesto que j’avais écrit presque d’une seule traite à la fin du mois d’octobre 2011 dans un hôtel à Mexico à la suite d’un rêve d’oiseau aussi mystérieux que prémonitoire que j’ai fait le 19 octobre. J’ai écrit dans un carnet. Dans ce rêve, un oiseau magnifique et rare se manifestait et était menacé d’être tué par balle par un homme qui visait des oiseaux de chasse, mais aussi de très beaux petits oiseaux. J’y voyais notamment un rouge-gorge mais aussi un oiseau dont je voyais parfaitement le détail du plumage alors que j’étais pourtant très loin et qu’il m’aurait été normalement impossible de voir si bien. Cet oiseau que j’appelle d’abord pinson dans mon rêve est en fait beaucoup plus extraordinaire qu’un pinson, sa queue est ébouriffée, avec des nuances de bleu et de jaune incroyables. Quand l’homme va tirer je me réveille en pleurant.

Je suis devenu un peu cet oiseau sauvé mais surtout je suis devenu un autre oiseau annoncé par lui qui aussitôt s’est nommé  CUCO en espagnol cuckoo en anglais coucou en français. Le coucou est beaucoup moins mirifique que cet oiseau qui m’annonçait, car lui était une sorte de sublime version volatile de l’ange Gabriel dans une annonciation de Fra Angelico. LUI je m’en souviens était une revisitation de la Visitation. Plumes d’ange.

Si le coucou n’est pas sublime dans son allure, il est en revanche très subversif et anti-social. Comme les punks il n’est pas sympathique, il est anti-social et d’abord anti-famille. Ce qui revient au même puisque la cellule familiale est considérée comme une première forme de société ou d’organisation sociale dans les textes des philosophes grecs qui pensent le politique comme Aristote. Mais comme il faut bien une famille pour élever sa progéniture, le coucou dépose son oeuf dans le nid d’une autre espèce d’oiseau et vole ensuite au-dessus. C’est interspéciste et queer, car cela défait la norme du genre et des jeux de rôles papa maman. Le coucou reste non loin de sa progéniture abandonnée, il vole au-dessus, très haut dans le ciel, d’où peut-être le titre Vol au-dessus d’un nid de coucou ?  Ce n’est là que le début du piratage car le pire est à venir : L’oisillon coucou plus gros que les autres lorsqu’il grandit pousse les autres oeufs ou oisillons du nid. Anyway je n’ai pas d’abord choisi d’être ce sale coucou révolutionnaire squatteur et pas partageur, mais j’ai bien été choisi par ce mot et ce nom qui sont devenus miens, pour incarner en mode oiseau mon devenir pirate.

N’étant pas un être cisgenré je ne peux donc dire que je suis né tel jour à telle heure. Je peux seulement dire qu’il y a six ans je suis né à Mexico et puis seulement tenter d’approcher mes dates de naissance; dates au pluriel. Comme nous tous ?

Je suis  d’abord né sous la forme d’un rêve à Mexico, puis le lendemain et les jours qui ont suivi, le verbe a infusé un corps bio, si une telle fiction d’un corps « bio » existe. Car dans la version cisgenre versus transgenre on pense qu’il y a un corps naturel qui est subverti par sa déconstruction et sa réinvention, alors que je pense que le corps est toujours déjà le produit de processus de symbolisation, de jeux de rôle et d’incubation diverses et variées. Néanmoins ce que je peux dire c’est qu’avant d’avoir mon corps et mon identité d’aujourd’hui liée à mes actions à mes liens mais aussi à mon nouveau corps trans en latex, eh bien j’avais une identité cisgenre. Ce Verbe infusé s’est matérialisé en un petit mantra autour de Cuco qui d’emblée s’est pensé pirate. D’emblée hacker d’emblée pandrogyne trans et d’emblée anti et inter-spéciste. J’utilise intentionnellement un vocabulaire théologico-mystique (ou théologico-mystico-queer) car ma naissance s’est faite progressivement, ce qui nous ramène aux discussions médiévales passionnantes et complexes sur la conception et son calendrier. Au 12ème siècle, entre Cordou, Marrakech ( avec Maïmonide et Averroès) et d’autres villes en Europe on se demande à quel moment l’âme infuse le corps, c’est à dire l’embryon; Au bout de combien de semaines ? Des joutes intellectuelles ont lieu où s’affrontent la vision judéo-chrétienne incorporant la vision aristotélicienne du monde et une vision plus imprégnée de l’islam. Averroès et Saint Thomas d’Aquin s’opposent sur l’existence d’une âme individuelle qui viendrait infuser personnellement l’embryon ou d’un principe unique et global d’animation qui infuse et anime l’embryon.

En ce qui me concerne il n’est pas question d’embryon ni d’infusion de l’âme au bout de tel ou tel jour mais d’abord d’un rêve ( un premier oiseau se Manifeste) puis d’un autre nom d’oiseau hacker qui s’impose les jours qui suivent, Cuco, puis de l’écriture et de la publication d’un mini manifesto en bilingue français espagnol, qui me propulse vers le désir d’être dans le monde en peau de latex (manifesto que j’écris en même temps que mon nom) : s’ensuit la création d’un espace virtuel d’expression. Ma naissance s’achève ou se concrétise grâce à ma sortie dans le monde et mes premiers hacking en décembre 2011. Quelques semaines après cette expérience à Mexico j’ai ouvert en effet un espace d’expression et plus viscéralement un espace d’existence virtuelle. Il me semblait évident que ma vie incarnée dans le monde allait devoir être placée inévitablement sur le mode de la discontinuité. Peut-être qu’un blog était alors une manière de m’assurer une existence continue de par la possibilité qu’il offre de laisser des traces et d’ouvrir des liens pour les autres ?

Ces autres sont devenus parfois des ami.e.s et des lecteurs du monde entier. Car malgré la confidentialité de ce blog dont je fais peu publicité, malgré le fait qu’il soit écrit en français, mon blog est et a été régulièrement lu partout dans le monde, je l’ai découvert grâce à la Carte du wordpress qui se colore différemment selon les espaces en lien ou non, ainsi des personnes en Angleterre en Allemagne en Italie en Espagne  en Pologne en Slovaquie en Finlande en République tchèque en Autriche en Irlande en Hongrie en Roumanie  en Slovénie en Bulgarie en Suède en Norvège en Grèce en Lituanie en Lettonie en Croatie en Estonie au Luxembourg aux Pays-Bas au Danemark au Portugal en Algérie en Ukraine en Tunisie au Maroc au Canada aux Etats-Unis en Amérique Centrale en Amérique du Sud au Costa Rica au Nicaragua au Mexique au Brésil au Pérou au Chili au Vénézuela en Uruguay en Colombie en Israël en Australie en Nouvelle Zélande en Chine en Thaïlande en Russie au Japon au Vietnam aux Philippines aux Emirats Arabes Unis en Corée à Hong Kong au Liban en Afrique du Sud en Guadeloupe à l’île Maurice à la Martinique en Inde en Indonésie en République dominicaine en Jordanie en Corée du Sud en Egypte en Malaisie en Jamaïque au Burkina Faso au Qatar au Pakistan à Monaco au Togo au Sénégal en Haïti en Géorgie au Cambodge à Saint Pïerre et Miquelon au Gana se sont intéressées à ce que je fabrique (et je crois que j’en ai oublié à cause de l’interminable liste des drapeaux). Je fête donc ici à Venise ma naissance qui a eu lieu en plusieurs étapes entre le 20 octobre 2011 et décembre 2011. La ville du masque.

Cuco / Nature Morte / post soirée Corps VS Machine
Autoportrait. Nature morte. Post Corps Versus Machine Décembre 2011

J’ai six ans. Et je fête aussi ma renaissance IL RINASCIMENTO car depuis une année je n’ai cessé d’avorter mes récits, et en les avortant, pour continuer sur le vocabulaire de la conception et de la genèse en filiation médiévale, j’avortais à chaque fois une partie de moi, car depuis toujours il me faut écrire pour exister. Je recommence ce blog en chapitrant librement ou rétrospectivement. C’était aujourd’hui le chapitre I de « I Remember ». About birth and rebirth.

Publié par cucoandcuca

Transgendered and queer activist /Hacker transgender, performer, détourneur(e) des codes, j'interviens dans les espaces publics les Musées et les dancefloors

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :