Soy solo cuerpo y palabras

J’écris aujourd’hui de Mexico. Mexico, la ville où pour moi tout a commencé. D’abord en rêve, le 19 octobre 2011, lorsqu’un oiseau m’est apparu, et puis, dans les jours qui ont suivi, j’ai écrit un  manifeste, en un mélange d’espagnol, de français et d’anglais. Quand suis rentré en France  j’ai ouvert un blog, le 25 novembre 2011, pour y publier ce manifesto Who is Cuco ? J’ai attendu ensuite le début du mois de décembre pour m’incarner au milieu des autres êtres vivants.

Dans ce rêve originaire que j’ai noté dans un petit carnet, un oiseau magnifique et rare se manifestait et était menacé d’être tué par balle par un homme qui visait des oiseaux de chasse, mais aussi de très beaux petits oiseaux. J’y voyais d’abord un rouge-gorge, mais aussi un autre oiseau dont je percevais parfaitement le détail du plumage, alors que j’étais pourtant très loin et qu’il m’aurait été normalement impossible de voir si bien. Cet oiseau que j’appelle d’abord pinson est en fait beaucoup plus extraordinaire qu’un pinson, sa queue est ébouriffée, avec des nuances de bleu et de jaune incroyables. Quand l’homme va tirer, je me réveille en pleurant. Cet oiseau n’a pas de nom, il est beau, il est vulnérable, c’est un survivant que je regarde comme moi-même.

Comme ce mystérieux oiseau de mon rêve m’a appelé, c’est ensuite un mot, une parole qui m’a appelé. CUCO. Cet oiseau sans nom et cette parole incantatoire au nom d’oiseau ont fusionné dans le petit manifesto, où ma transidentité et ma tranimalité se sont entremêlé.e.s : Je suis devenu ce coucou, cet autre oiseau annoncé par le premier sans nom. Je me suis nommé  CUCO en espagnol, cuckoo en anglais, coucou en français.

Le coucou est beaucoup plus inquiétant, moins charmant et moins mirifique que cet oiseau qui m’annonçait. Le premier était une sorte de sublime version volatile de l’ange Gabriel dans une Annonciation de Fra Angelico, une revisitation de la Visitation.

Je suis devenu ce drôle d’oiseau hacker à la peau de latex et je me demandais ce qui allait se passer à Mexico, dans cette ville où, paradoxalement, je suis né sans m’y être encore jamais incarné.

En arrivant à Santa Maria de la Ribera, le quartier où je vis, j‘ai trouvé écrit sur le mur ce qui constitue mon identité. C’est si juste et si troublant que j’irai pirater ce graffiti d’ici peu.

IMG_20191024_160111

Publié par cucoandcuca

Transgendered and queer activist /Hacker transgender, performer, détourneur(e) des codes, j'interviens dans les espaces publics les Musées et les dancefloors

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :