NON

NON nous ne sommes pas en guerre.

NON nous ne sommes pas en guerre contre le covid 19 pas plus que nous étions en guerre contre le terrorisme.

NON nous ne sommes pas au FRONT ni en 1ère ni en deuxième ni en troisième ligne.

NON personne ne doit tomber au front ni se réfugier dans les tranchées, sinon les irresponsables grassement payés qui nous gouvernent, et qui tremblent déjà de devoir assumer leur responsabilité après la « crise ».

NON personne ne doit tomber au front / Pas même les plus vieilles ni les plus vieux d’entre nous / Quid du scandale des cliniques privées vides depuis ce début de la crise ?

NON nous ne ferons pas BLOC pour une UNION NATIONALE FRANÇAISE car la Nation n’est pas le cadre de nos réflexions pas plus que de nos actions.

NON nous ne ferons pas BLOC pour une UNION NATIONALE car vous avez depuis des mois rompu le pacte social et mené des politiques criminelles et liberticides.

NON nous ne voulons pas nous sacrifier ni remercier les personnes sacrifiées, car si elles le sont, c’est contre leur volonté, exerçant leur métier et réclamant davantage de moyens : Si les soignant·e·s – héroïsé.es aujourd’hui mais méprisé.es et ignoré.es depuis des mois – meurent aujourd’hui pour sauver des citoyen.nes, c’est surtout à cause du manque de moyens humains et matériels qu’ils réclamaient.

NON nous n’acceptons pas que sous couvert de crise sanitaire, les personnes atteintes du coronavirus dans les EPHAD ne soient même pas intégré.e. s dans les hôpitaux, et que l’on considère d’emblée qu’elles sont trop âgé.es. (L’armée et la presse en Espagne a révèlé l’horreur que nous cachions en France depuis déjà dix jours : des dizaines de personnes âgées ont été abandonnées, malades ou mortes, dans une maison de retraite. S’en est suivie une salve d’articles en France mentionnant que les EPHAD et les maisons de retraite étaient une priorité pour l’Etat ce qui est faux archi faux car des textes circulent depuis déjà deux semaines où est écrit que que dans les régions débordées, avant que ne se mette en place le système d’entraide inter-régional qui aurait dû exister depuis trois semaines via hélicoptère et réquisitionnement de l’armée, dans les hôpitaux bondés sans plus aucun moyen « on » a décidé d’opérer ce tri/ encore une fois QUID de la désorganisation criminelle de l’Etat et QUID des cliniques privées vides qui demandent d’être utilisées ?! /

NON nous ne sommes pas dupes de votre rhétorique guerrière bancale d’un autre temps et nous vomissons ce ton paternaliste.NON nous n’acceptons ni n’accepterons pas de réduire toutes nos libertés pour la sécurité d’une partie de la populationNON nous ne sommes pas d’accord que sous couvert de crise sanitaire, les personnes atteintes du coronavirus dans les EPHAD ne soient pas intégré.e. s dans les hôpitaux, et que l’on considère d’emblée qu’elles sont trop âgés.NON nous n’acceptons pas le deux poids deux mesures : qu’on soit chaque jour plus confiné.es et criminalisé.es sans pouvoir même être testé.es alors que des millions de citoyen.nes sont dans le même temps incité.es à aller travailler.

NON nous n’acceptons pas la dérive autoritaire de ce gouvernement d’urgence qui saute d’un état d’exception à un autre depuis 2015 pour étouffer peu à peu toute velléité et toute possibilité de contestation.

NON nous n’acceptons pas ou plus de vivre depuis cinq ans en État d’urgence qui a pour conséquence d’autoriser l’exécutif à décider notamment des interdictions de séjour (article 5 de la loi de 1955), la remise d’armes (article 9 de la loi de 1955) et à effectuer des réquisitions (article 10), des mesures de police administrative plus attentatoires aux libertés publiques, des assignations à résidence (article 6 de la loi de 1955), la dissolution d’associations (article 6-1), des perquisitions à domicile de jour comme de nuit (article 11-I) des blocage des sites internes (article 11-II) etcetera etcetera

NON à l’euthanasie des personnes âgé.es NON aux semaines de 60H NON aux primes de 1000 euros pour les ouvriers du BTP NON au travail à tout prix NON à l’Etat Policier qui sévit et nous inflige sa violence et son impunité NON à l’instauration de cet État d’urgence sanitaire liberticide qui élude le déblocage nécessaire et immédiat de fond et de moyens humains en promettant un grand plan de sauvetage APRÈS la crise NON à l’immonde moralisation manipulatrice NON à l’atroce Récit National Raciste Sexiste et inégalitaire NON à l’intervention de l’armée pour un oui pour un non NON aux cagnottes d’entraide remplaçant les déblocages de fonds étatiques pour le personnel hospitalier NON aux cache misère NON aux drones au-dessus des villes NON à l’oubli des exactions policières des derniers mois et des dernières années NON au maintien obligatoire du travail pour les ouvriers du BTP et tout autre domaine non vital NON à la protection de certain·es et à l’exposition instrumentale d’autres NON à l’intervention de l’armée pour nous aider sur le terrain NON à la société de contrôle NON aux interventions intempestives de la Police pour verbaliser à tous bout de champs NON aux mensonges d’Etat NON à la responsabilisation et à la culpabilisation individuelles alors que ce sont les politiques menées qui tuent les citoyen·nes NON au tri des vies NON à l’abandon et au sacrifice des personnes âgées NON à l’interdiction faite sans discussion de revoir une dernière fois l’ami.e l’amour l’amant.e la soeur le frère le père la mère avant son inhumation et son incinération NON à la diabolisation des personnes atteintes du covid 19 vivantes ou mortes NON au paternalisme étatique policier NON au paternalisme étatique policier s’accompagnant de répression et de l’usage immodéré de la surveillance NON à l’esprit de délation : savez-vous que des milliers de personnes appellent quotidiennement la police pour dénoncer ses voisin.e.s se promenant seul.es dans la rue si bien que c’est cette même police qui incite ces citoyens trop vertueux à moins de zèle, tant les urgences sont saturées d’appels ? NON à l’interdiction du visage masqué dans l’espace public qui aujourd’hui n’a plus le moindre sens et m’empêche personnellement d’exister librement depuis la loi islamophobe de 2010 et celle qui l’a renforcée en 2018 pour mieux écraser le Mouvement des Gilets Jaunes….C’est le moment historique de nous en débarrasser, et du même coup de me libérer ! NON à votre idéologie liberticide selon laquelle la liberté ne peut pas s’exercer au détriment de la sécurité.

Petit clin d’oeil en partage, je me retrouve à titre illustratif juste après l’intervention de Castaner, dans cette vidéo bien venue et fort à propos ces temps-ci (seul bémol à ses déclarations : la précision « nous européens occidentaux » me semble un peu douteuse, comme si en « orient » on n’aimait pas la liberté)

Last but not least, tribute to Gabi Delgado-López / DAF, cause Punk is Not Dead

Publié par cucoandcuca

Transgendered and queer activist /Hacker transgender, performer, détourneur(e) des codes, j'interviens dans les espaces publics les Musées et les dancefloors

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :