Exercice de mémoire sous état d’urgence

8 février 1962 : la police massacre des manifestants métro Charonne

smart

En début d’année 1962, l’OAS milite pour le maintien de l’Algérie française. Elle organise une série d’attentats dont le dernier s’en prend au ministre Malraux. Une petite fille de 4 ans est défigurée pendant l’explosion. Dès le lendemain, des milliers de manifestants se rassemblent à Paris pour protester contre ces violences. Vers 19h30, une partie du cortège est séparée par la police et doit se replier vers le métro Charonne. Les manifestants sont massacrés par les forces de l’ordre.

D.R.

Jean-Pierre BERNARD, 30 ans, dessinateur aux PTT;- Fanny DEWERPE, 30 ANS, sténodactylographe;- Daniel FERY, 15 ans, employé de presse;- Anne GODEAU, 24 ans, agent d’exploitation aux PTT;- Edouard LEMARCHAND, 40 ans, employé de presse;- Suzanne MARTORELL, 40 ans, employé de presse;- Hippolyte PINA, 58 ans, militant du PCF et de l’Union Syndicale du Bâtiment de Seine et Oise CGT;- Maurice POCHARD;- Raymond WINTENGS, 44 ans, imprimeur typographe.

L’OAS milite pour le maintien de l’Algérie française.Le lendemain, les syndicats CGT, CFTC, FEN, SNI et UNEF organisent une manifestation à Paris « contre le fascisme » et « pour la paix en Algérie ».Mais la capitale est soumise au régime d’état d’urgence. Le gouvernement interdit le rassemblement.Cela n’empêche pas 20 000 à 30 000 manifestants de descendre dans les rues de la ville à partir de 18H30. Une heure plus tard environ, les manifestants commencent à se disperser.C’est alors que des policiers chargent le cortège près de la station de métro Charonne, boulevard Voltaire. Une autre compagnie de CRS prend les manifestants en tenaille. Ceux-ci n’ont autre choix que de se diriger vers le métro. Les forces de l’ordre se défoulent alors sur les manifestants. Les coups de matraque pleuvent. Certains policiers arrachent les grilles d’aération du métro et celles protégeant les arbres, et les balancent sur la foule en contre-bas. Elles pèsent entre 20 et 40 kg. On dénombre à la fin de la journée des centaines de blessés, mais aussi 8 morts. Ces derniers ont été asphyxiés par les gaz lacrymogènes, mais ont aussi succombé suite à de nombreuses fractures du crâne. Un neuvième manifestant décède de ses blessures le 20 avril. Le lendemain du drame, des centaines de milliers de personnes rendent hommage aux victimes près du cimetière du Père-Lachaise.

smart

Publié par cucoandcuca

Transgendered and queer activist /Hacker transgender, performer, détourneur(e) des codes, j'interviens dans les espaces publics les Musées et les dancefloors

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :